Histoire

Montalzat vue aerienne mairie et parc

La bastide, fondée par les seigneurs Bernard, Bertrand et Gaillard de Lagarde, fut cédée à Raymond VII le 10 juin 1232. Son nom a été altéré par une fausse étymologie : sa forme primitive était Mont Auzat, c’est à dire “mont hardi, mont audacieux”.
Deux mottes féodales rappellent qu’elle fut le siège d’une seigneurie qui dépendait de la baronnie de Caussade et dont les principaux seigneurs furent les Caminades et les Boissy d’Auterive.

Patrimoine

  • Le château – mairie

Le château est une bâtisse datant des années 1850 flanquée de deux tours et couverte d’ardoise. Il abrite la mairie et a récemment été équipé d’un ascenseur panoramique permettant l’accès à l’étage supérieur à partir d’une terrasse offrant un superbe point de vue.

  • Les anciennes écuries du château – salle des fêtes

Aménagée dans les anciennes écuries du château, la salle des fêtes a été récemment agrandie en salle panoramique. D’une capacité d’accueil de 250 personnes et profitant de l’environnement champêtre d’un parc ombragé de 2 ha, elle est particulièrement appréciée pour les mariages.

  • Halle des associations

Depuis 2005, un nouveau bâtiment complète cet ensemble. Réalisé de manière traditionnelle par l’utilisation d’une charpente de réemploi, cet hangar (“Halle des associations”) offre un espace extérieur couvert de 70 m².

. Le Monument aux morts

Il a été érigé en 2002, sur un ancien cimetière désaffecté, en hommage aux 41 Montalzatais morts pour la France durant les guerres de 14/18 et 39/45

Montalzat monument aux morts

. Les églises de Montalzat

Chapelle St-Jean de Fustin (XVIe siècle) –  Église Jean-Baptiste (XIXe siècle) – Église Sainte-Victoire (XVIe siècle) – Église Castanède (XVIIe siècle) – Église Saint-Julien (XVIe siècle)

. La gare de Borredon

Montalzat gare Borredon
Gare Borredon

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites, (GRPS) a décidé, en date du 9 septembre 2011, l’inscription à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, en raison de la qualité de ce lieu de mémoire : ici ont été débarqués, dans la semaine du 5 au 12 mars 1939, environ 16 000 soldats républicains espagnols, avant leur internement au camp de Judes. Bien d’autres suivront dans les mois suivants. Plus de 25 000 passeront par ce camp.

Acquise le 11 mai 2011 par l’Association MER 82 elle est aujourd’hui le siège du Centre d’Interprétation et d’Investigation de la Mémoire de l’Espagne Républicaine (CIIMER) composé à ce jour de 51 associations.

Facebook : www.facebook.com/memoireespagnerepublicaine82/

Témoignage de M. Jean ALBOUYS dont le père était chef de gare :  document “Les feuilles de chêne”